TOP
Écrit par
GB_Oliver Lacey
Oliver Lacey
Business Development

La gestion des risques liés à la sécurité est un sujet vaste et exigeant. Qu’est-ce que cela implique ? Globalement, il s’agit de l’identification en continu des risques liés à la sécurité, puis de la mise en œuvre de plans permettant de les écarter. Il est nécessaire de prendre en compte la probabilité que des menaces connues se produisent, la manière dont elles pourraient exploiter les vulnérabilités de votre solution de protection de la sécurité et l’impact qu’elles pourraient avoir sur votre organisation.  
 
Comme l’explique l’association ASIS International : « Depuis de nombreuses années, le terme « gestion des risques » est couramment utilisé dans d’autres domaines tels que l’assurance et la R&D. Depuis peu, il est également appliqué à la gestion de la sécurité et à la protection des actifs. Et à juste titre, car l’objectif premier de la sécurité est de gérer les risques en équilibrant le coût des méthodes de protection et leurs avantages.  
 
Pour contrer ces risques, il est primordial de limiter ou de réduire le nombre d’incidents pouvant entraîner des pertes ou des dommages, et à moindre coût. Pour de nombreux professionnels, la gestion des risques est le critère le plus important pour déployer un système de sécurité.»   

Les 3 principales catégories de risques liés à la sécurité à prendre en compte

Dans la gestion des risques, chaque menace est classée dans l’une des trois catégories suivantes : menaces physiques, menaces humaines ou cybermenaces. Examinons-les dans un contexte de contrôle d’accès.

  • Menaces physiques – par exemple, un criminel fracasse une porte pour entrer.
  • Menaces humaines – par exemple, un employé fait une erreur ou donne délibérément des autorisations d’accès à une personne qui n’y est pas autorisée.
  • Cybermenaces – par exemple, un personne pirate votre base de données de contrôle d’accès et vole les données des employés ou modifie les autorisations de contrôle d’accès.

La menace d’une catastrophe naturelle est, bien entendu, un autre risque à prendre en compte lors de vos évaluations des risques.

En matière de sécurité, les méthodes de protection sont de plus informatisées, de sorte qu’on note souvent une convergence entre les risques liés à la sécurité physique et les risques liés à la cybersécurité. Pour que votre entreprise puisse être efficace et réactive, vos deux équipes doivent travailler en étroite collaboration, afin d’intégrer la sécurité informatique à votre stratégie de gestion des risques le plus tôt possible.

Domaines importants de votre stratégie de gestion des risques liés à la sécurité

L’élaboration d’une stratégie de gestion des risques peut être une mission de taille. C’est pourquoi il peut être utile de la décomposer en plusieurs projets plus faciles à gérer. Voici quelques domaines clés sur lesquels il convient de s’attarder :

  • Gestion des urgences – pour prendre immédiatement les bonnes mesures en cas d’urgence.
  • Continuité des activités – pour identifier les éléments qui pourraient affecter la continuité de vos activités, comprendre comment atténuer les risques et comment protéger la continuité des activités si le pire devait arriver.
  • Sécurité et protection des actifs – pour protéger pertinemment les actifs physiques et intellectuels précieux de votre organisation.
  • Santé et sécurité au travail – pour limiter de manière cohérente et précise l’accès aux zones qui présentent des risques pour la santé et/ou la sécurité.
  • Sécurisation du budget – pour investir dans les systèmes de sécurité identifiés.

Ce dernier point peut être particulièrement difficile pour les professionnels de la sécurité. En effet, si dans la plupart des secteurs il est possible de présenter un retour sur investissement clair et prévisible avant un achat, l’acquisition de solutions de sécurité est encore trop souvent considérée comme une dépense plutôt qu’un investissement précieux par les décideurs.

Le défi consiste à démontrer l’ampleur de chaque risque, et les pertes et autres répercussions potentielles qu’ils engendreront s’ils ne sont pas atténués par les systèmes et processus de sécurité.
Il ne s’agit pas toujours d’un coût monétaire direct, mais ils peuvent avoir un effet dramatique sur les résultats de l’entreprise. Une faille de sécurité peut, par exemple, entraîner une atteinte à la réputation qui impacte la fidélité des clients et provoque une baisse des ventes.

3 exigences à respecter lors de l’élaboration de votre stratégie de gestion des risques liés à la sécurité

1.  Une réflexion claire

Chaque organisation est confrontée à des risques différents. La première étape cruciale est donc d’identifier les risques auxquels vous êtes confrontés aujourd’hui et ceux auxquels vous serez probablement confrontés à l’avenir. N’oubliez pas de tenir compte des risques liés à la sécurité physique, à la sécurité humaine et à la cybersécurité.

Ensuite, il faut évidemment déterminer comment vous comptez les atténuer ! Les principales approches de gestion des risques s’appuient sur les cinq concepts suivants :

  • Évitement des risques 
    c’est la manière la plus directe de supprimer le risque, en arrêtant et évitant toute activité qui en présente un. Cependant, la plupart des organisations ne peuvent pas l’appliquer complètement car incompatible avec leur fondement même. Une banque pourrait par exemple éviter les risques en ne stockant pas d’argent dans ses locaux – mais le stockage d’argent reste l’une de ses principales fonctions commerciales.
  • Répartition des risques
    Comment pouvez-vous répartir vos biens précieux pour ne pas les regrouper dans une seule zone de vulnérabilité ? Une fois vos biens répartis, vous pouvez les protéger grâce à plusieurs systèmes et procédures de sécurité physique, et à votre stratégie globale d’atténuation des risques.
  • Transfert des risques  
    Les risques peuvent être transférés en assurant une compensation pour tout coût ou perte. Par exemple, en mettant en place une assurance pour atténuer le coût d’un incident ou d’une perte.
  • Réduction des risques 
    Comment réduire les risques ? Par exemple, en réduisant au minimum le nombre de points d’entrée et d’espaces communs qui permettent d’accéder à vos biens précieux.
  • Acceptation des risques  
    Tous les risques ne peuvent pas être atténués. Il peut donc être utile de reconnaître qu’il existe un risque potentiel et être prêt à l’accepter. Vous pouvez, par exemple, accepter le risque que des personnes pénètrent dans la réception principale, car le potentiel de perte y est moins élevé.

2. Une approche sur plusieurs niveaux

Ensuite, réfléchissez à la manière dont vous allez échelonner votre sécurité pour que vos biens les plus précieux, ou ceux qui entraîneraient les plus grandes pertes, soient le mieux protégé possible. Considérez la sécurité comme un oignon : le périmètre de votre site serait ainsi la peau extérieure, alors que le coffre-fort serait au centre, protégé par plusieurs couches de sécurité.

Voici un exemple :

  • Niveau 1 – une grille autour du domaine, avec reconnaissance des véhicules.
  • Niveau 2 – une entrée par badge à la réception et dans les espaces communs.
  • Niveau 3 –une vérification du badge combinée avec un code PIN pour entrer dans les zones de haute sécurité.
  • Niveau 4 – vérification du badge, combinée avec un code PIN et/ou un lecteur biométrique pour une double ou triple vérification pour entrer dans la chambre forte.

 

3. Les bons outils

Une fois que vous avez évalué les risques liés à la sécurité spécifiques à votre organisation et que vous avez défini vos niveaux de protection, il est temps de choisir les produits et les processus qui vous permettront d’atténuer et de gérer vos risques. Et de planifier comment vous allez les utiliser pour un effet optimal.

Ce faisant, n’oubliez pas de réfléchir aux potentiels risques futurs ainsi qu’à ceux auxquels vous êtes confronté actuellement. Prenez également en compte les éléments suivants afin de réduire le nombre d’incidents possibles :

  • Emplacement – par exemple la géographie environnante, le terrain et la position sur le site.
  • L’architecture – la taille et la forme des bâtiments et des sites, ainsi que les matériaux utilisés.
  • Niveaux ou zones de sécurité – pour vous assurer que tous les biens bénéficient du niveau de protection approprié.
  • Zones dégagées – pour la surveillance, la détection des menaces et l’éloignement.
  • Contrôle d’accès – pour contrôler l’accès aux sites, aux bâtiments et aux pièces à l’intérieur.
  • Position des équipements de sécurité – un placement stratégique peut augmenter considérablement les performances.

Ne surtout pas négliger les menaces humaines venues de l’intérieur

La plus grande menace pour une organisation est toujours la menace humaine. N’oubliez donc pas que tous les produits et procédés que vous utilisez doivent être conviviaux afin de garantir leur bon fonctionnement.

Les gestionnaires d’alarme, tels que le gestionnaire d’alarme graphique AEOS, sont vraiment utiles pour identifier et mettre en évidence les menaces en temps réel, vous donnant ainsi le plus de temps possible pour réagir en conséquence.

La formation du personnel est également un facteur essentiel pour s’assurer qu’en cas de menace, les employés seront à même d’identifier le problème, et de le gérer de manière appropriée pour réduire les risques.

Gardez à l’esprit qu’un système de sécurité offrant un niveau de protection incroyablement élevé est inutile s’il est géré par une personne à qui vous ne pouvez pas faire confiance. C’est pourquoi vous devez absolument procéder à des enquêtes pour vous assurer que vous travaillez avec des personnes de confiance qui possèdent les compétences et les capacités requises. Un système capable de masquer les données sensibles vous aidera à gérer cette menace et un audit complet du système vous permettra d’effectuer les analyses nécessaires après un incident.

Une approche tournée vers le futur

Les cybermenaces sont de plus en plus fréquentes et entraînent des risques supplémentaires. C’est pourquoi il est essentiel de tenir compte des risques futurs lors de l’élaboration de votre stratégie. Du point de vue du système, il est crucial d’en choisir un sans fin de vie, qui peut facilement être mis à niveau pour gérer les menaces actuelles et futures. Veillez également à ce qu’il fonctionne main dans la main avec votre stratégie de gestion des risques liés à la sécurité en constante évolution.

Vous voulez discuter du rôle que le contrôle d’accès et AEOS peuvent jouer dans votre stratégie de gestion de la sécurité ?

Devenez un expert de la sécurité

Intéressé par les tendances technologiques en matière de sécurité ? Avec notre newsletter, vous recevrez régulièrement les mises à jour de notre blog.