TOP

La technologie de reconnaissance biométrique est de plus en plus utilisée dans le secteur de la sécurité, et la reconnaissance des empreintes digitales est la plus répandue pour le contrôle d’accès physique. Cela semble logique pour deux raisons : les utilisateurs ont déjà pris l’habitude d’utiliser leurs empreintes digitales pour confirmer leur identité sur leur smartphone, et cette technologie présente de nombreux avantage. En effet, enregistrer et présenter une empreinte digitale est un processus relativement simple. Et le ratio qualité de précision / coût d’installation en fait un choix judicieux pour de nombreuses applications de contrôle d’accès, en particulier lorsqu’elles concernent un nombre réduit de personnes.

Comment fonctionnent les lecteurs biométriques à empreintes digitales?

Pour chaque personne enregistrée dans votre système, un modèle doit être généré. Celui-ci est créé à partir d’une image améliorée de l’empreinte digitale, prise à l’aide d’un scanner au moment de l’inscription. Les caractéristiques relevées sont informatisées pour créer un modèle incluant les terminaisons, les bifurcations, la position et la direction de l’empreinte.

Lorsque le doigt est ensuite présenté devant un lecteur biométrique d’empreintes digitales, il est comparé au modèle enregistré dans votre base de données. Les taux de reconnaissance sont généralement très fiables.

Contourner les problèmes potentiels liés à la reconnaissance des empreintes digitales

Malgré de nombreux avantages, choisir la reconnaissance biométrique des empreintes digitales pour son contrôle d’accès présente quelques inconvénients. Voici comment en résoudre certains, afin d’exploiter au mieux le potentiel de l’identification ou de la vérification par empreintes digitales.

Améliorer la précision

Bien que la reconnaissance des empreintes digitales affiche un niveau de sécurité plus élevé que l’utilisation de badges seule, il ne s’agit pas du type d’identification biométrique le plus précis. La reconnaissance de l’iris est l’identification la plus précise, suivie de la reconnaissance des veines, des empreintes digitales puis de la reconnaissance faciale.

Un doigt blessé peut affecter la précision de la reconnaissance des empreintes digitales : il est donc judicieux d’enregistrer au moins deux ou trois doigts par personne. Des problèmes de détection peuvent également survenir lorsque les doigts présentés sont humides ou sales, nécessitant des technologies sans contact ou multispectrales pour passer outre. Utiliser la reconnaissance des empreintes digitales 3D plutôt que 2D permet également d’améliorer la fiabilité.

Un autre moyen d’améliorer la précision d’un contrôle d’accès biométrique à empreintes digitales consiste à choisir une solution à plusieurs doigts, un système souvent utilisé dans les hôpitaux.

Protection contre la fraude

Le risque de fraude est une problématique clé en matière de contrôle d’accès et il en va de même pour les systèmes biométriques. Le niveau de vulnérabilité varie avec chaque technologie : ainsi, par exemple, il est plus difficile de copier le scan d’un iris qu’une empreinte digitale, que de présenter une photo d’empreinte digitale à certains systèmes.

Pour contrer cela, il est possible d’ajouter une fonctionnalité de détection du vivant sur de nombreux systèmes d’identification biométrique. Celle-ci détecte généralement la chaleur, la texture et le flux sanguin du doigt présenté.

Résoudre les problèmes de stabilité

Les caractéristiques biométriques peuvent évoluer avec le temps et cela peut poser des problèmes de reconnaissance. Par exemple, les doigts changent avec les fluctuations de poids d’une personne, ou de son âge. Et les blessures ou les maladies peuvent modifier les empreintes digitales, bien qu’elles soient généralement plus stables que d’autres moyens d’identification biométrique comme la reconnaissance faciale.

Certains systèmes biométriques surmontent ce type de difficultés en actualisant automatiquement les modèles enregistrés afin de toujours comparer le doigt présenté à une image récente.

Fluidité du processus

Toucher un lecteur biométrique d’empreintes digitales prend plus de temps, par exemple, que de passer devant un capteur de reconnaissance faciale. Il est essentiel de garder cet élément à l’esprit lorsque de nombreuses personnes doivent accéder à un lieu rapidement ou doivent utiliser un même système de contrôle d’accès plusieurs fois par jour.
La reconnaissance des empreintes digitales est plus pertinente lorsqu’un nombre limité de personnes l’utilise, et des lecteurs à empreintes digitales sans contact sont à privilégier lorsque le processus doit s’effectuer rapidement.

Vous souhaitez en savoir plus sur l’identification biométrique pour le contrôle d’accès et ses possibilités pour l’avenir ? Téléchargez notre livre blanc.

Vous voulez en savoir plus sur la technologie de reconnaissance biométrique?

Téléchargez notre livre blanc sur la biométrie.